Lieux de croissance: aidez les arbres en ville !

Un arbre vit le mieux en pleine terre, dans un environnement où le cycle écologique est encore intact. En zone urbaine, les arbres sont entourés de routes, trottoirs, parkings et autres constructions. C’est difficile à combiner, car le génie civil et les arbres ont presque toujours des intérêts divergents. À titre d’exemple, le compactage du sol d’un trottoir est de 4 MPa. En revanche, les arbres s’enracinent difficilement dans un sol compacté à plus de 2,5 MPa. Il est ainsi peu surprenant que la condition des arbres plantés dans des trottoirs laisse à désirer.

Problèmes souterrains

De plus, l’espace souterrain, ou plutôt le manque d’un tel espace, est un problème récurrent. Les racines sont livrées à la concurrence d’un réseau étendu de canalisations, d’égouts et de câbles, et manquent ainsi d’espace pour bien se développer à long terme. L’activité du sol non plus n’est pas toujours satisfaisante en zone urbaine, notamment parce que les feuilles sont ramassées une fois tombées. Ce faisant, les sources de nutrition du sol sont éliminées et le cycle est interrompu. Bien souvent, dans les terres autrefois agricoles, l’activité du sol a même totalement disparu en raison de l’utilisation intensive d’engrais. Enfin, il faut ajouter que la structure du sol est presque toujours perturbée et compactée lors de travaux de construction, entraînant des conditions hydrauliques et une teneur en oxygène problématique.

Amélioration du lieu de croissance des arbres

En général, les conditions pour les arbres sont donc généralement défavorables en zone urbaine. Des mesures devront être prises pour les améliorer lors de la création de lieux de croissance. Travailler le sol, le retourner pour améliorer sa structure, est nécessaire dans la quasi-totalité des situations. L’amélioration du sol à travers l’apport de matières organiques est souvent souhaitable.

Thieu Pije

Thieu@vdberk.nl
+31 (0)413 480 485
+31 (0)6 5317 8265
LinkedIn

Nous contacter
Groeiplaatsen Galerij 1 1
Groeiplaatsen Galerij 1 3
Groeiplaatsen Galerij 2

Systèmes de protection des racines

En fonction de la situation, il est également envisageable d’opter pour la mise en place dֹ’un système de protection des racines. Un tel système « réserve » en définitive une partie de l’espace souterrain pour le développement des racines et permet de faire en sorte que les conditions au sein de cet espace répondent aux exigences des arbres. Les systèmes de protection des racines réduisent la pression sur le sol et évitent le compactage. La plupart des systèmes ont des structures en béton ou en matière synthétique et sont apposés sous le pavage. Le choix du système dépend des conditions du sol et des exigences attendues de l’espace à utiliser. Le niveau du trafic attendu et la distance qui le sépare des arbres seront également déterminants. Lorsqu’un système de protection des racines est associé, là où cela est nécessaire, à un substrat acceptable pour l’arbre, il est possible d’obtenir un lieu de croissance de qualité. Dans ce cas, plus la qualité du sol est élevée, moins l’arbre exigera finalement d’espace enracinable. Le manque d’espace peut donc en partie être compensé par l’augmentation de la qualité du lieu de croissance. Investir dès le départ dans un bon lieu de croissance permet d’éviter des problèmes tels que le soulèvement par les racines ou la dégradation des conditions. Ainsi, les arbres ont un avenir même en zone urbaine.

Conditions pour un bon lieu de croissance :

Espace lacunaire

L’espace lacunaire du sol est de 50 %. Cela signifie que le sol est composé à 50 % de constituants solides, de minéraux et de matière organique, à 30 % d’eau et à 20 % d’air. Sous un pavage, l’espace lacunaire est inférieur. Un arbre requiert nécessairement un espace lacunaire d’au moins 30 %. Parfois se produit le dépérissement des racines.

Taux d’oxygène

Le taux d’oxygène du sol est de 20 à 21 %. Un taux de 18 % est juste assez pour que les arbres prennent. Lorsque le taux est entre 10 et 16 %, un arbre survivra mais ne se développera pas de manière positive. Si cette situation doit durer, l’arbre se dégradera. Sous les 10 %, l’arbre meurt lentement, et lorsque le taux est inférieur à 5 %, le dépérissement des racines est foudroyant et l’arbre mourra très vite. Tenez compte de cela si l’arbre doit être planté sous un pavage. Il est impératif qu’il y ait des échanges gazeux entre le sol et l’air extérieur.

Taux d’humidité

Le taux d’humidité du sol est situé entre 14 et 30 %, en fonction de la base du sol de l’emplacement. Sous 14 %, l’arbre fane. Lorsque le taux dépasse les 30 %, l’eau gêne la présence d’oxygène, causant ainsi le dépérissement des racines. Les arbres se développent alors de manière négative et meurent progressivement.

Matière organique

Le taux de matière organique du sol est situé entre 4 et 13 %. Un arbre a besoin de matière organique pour obtenir ses nutriments. L’activité du sol transforme la matière organique en nutriments dont l’arbre peut se nourrir. Cette matière organique doit être de bonne qualité. Si celle-ci n’est pas à maturité ou trop humide, un processus de pourrissement chassera l’oxygène du sol, ce qui entraînera un dépérissement des racines. Le taux de matière organique optimal diffère selon la base du sol mais un taux de 7 % est généralement idéal.

Activité du sol

Une activité du sol suffisante. L’activité du sol (vers, coléoptères, champignons, bactéries...) fait en sorte que la matière organique passe de la litière à l’intérieur du sol, ce qui permet aux racines de les absorber. Une activité du sol saine contribue également à une bonne structure du sol. Elle maintient le sol ouvert et grumeleux.